Nuisances aériennes : une pétition en faveur de la procédure PRISALT

MISE À JOUR : 20 juin 2018

Après une série de tests concluants de la procédure dit « Prisalt » (prise d’altitude rapide), le collectif formé par les maires de l’agglomération Grand Paris Sud a transmis aux plus hautes autorités des courriers afin d’en communiquer les résultats positifs.

Sur la base des essais de la procédure « Prisalt » sur des avions type A320, le collectif a envoyé des courriers au Président de la République et à son ministre de la Transition écologique et solidaire, afin de les informer des résultats. Sur les 3 vols réalisés, il a été constaté un écart positif de 2000 à 3000 pieds (soit environ de 610m à 900m) à l’aplomb de Brie-Comte-Robert. Les avions qui passent plus haut sur toute la trajectoire réduisent les nuisances sonores, la pollution et la consommation de kérosène.

Une solution «gagnant-gagnant» transposable sur tous les aéroports français. Cette solution a été présentée par un expert à un groupe de parlementaires, à l’Assemblée nationale, le 6 mars dernier.

Signez la pétition en ligne en faveur de la procédure PRISALT sur change.org !

Plus d’infos : www.prisalt.wordpress.com


Septembre 2017

Mardi 6 septembre 2017, la réunion publique d’information a réuni une centaine de personnes à la salle du Conseil Municipal à la mairie d’Étiolles. Philippe Jumelle, Maire d’Étiolles, a présenté le projet de la DGAC sur la modification des trajectoires de vols au départ de l’aéroport d’Orly (décollages vers l’Est) et ses enjeux sur notre territoire en compagnie de Jean Serrat, spécialiste de l’aéronautique et des questions de nuisances aériennes.


Juillet 2017

Le 12 juillet, une réunion a eu lieu à la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), à laquelle les élus des territoires concernés étaient conviés.

Lors de cette réunion, il a été rappelé que la trajectoire officielle des avions présente un virage très serré peu après le décollage, qui ne peut, par conséquent, pas être respecté par de nombreux avions. C’est pourquoi la DGAC a proposé à la Commission consultative de l’environnement (CEE) une modification des procédures afin de canaliser les dispersions de trajectoires qui entraînent le survol de zones densément peuplées.

Selon la DGAC, il apparaît en effet nécessaire de repenser les procédures et d’officialiser le fait que les trajectoires réelles sont plus au sud que celles décrites. La nouvelle proposition vise à limiter et contrôler les dispersions, tout en concentrant le flux aérien au-dessus de la Forêt de Sénart plutôt que sur les zones habitées.

Pour autant, les explications données sur les nouvelles trajectoires soumises à consultation ne répondent que partiellement à nos inquiétudes en termes d’altitude et de zones de survol.

Les élus ont proposé que le point de sortie de la Forêt de Sénart envisagé soit déplacé plus au nord afin de prendre en compte la réalité constatée par les habitants (en considérant la moyenne des trajectoires observées actuellement) et de faire en sorte que ces modifications de procédures n’impliquent pas un transfert de nuisances.

Lors de la commission consultative environnement d’Orly (CCE) du jeudi 16 juin, la direction générale de l’aviation civile (DGAC) a proposé la modification de certaines trajectoires de vols au départ de l’aéroport d’Orly en configuration de décollage vers l’Est. L’objectif affiché par la DGAC : que les avions en partance pour l’Ouest et le Nord survolent un nombre moins important de zones habitées.

Ces nouvelles trajectoires concerneraient principalement Ris-Orangis, Soisy, Évry et Corbeil-Essonnes.  Selon les cartes très approximatives illustrant la proposition, la commune d’Étiolles ne serait pas « directement » impactée par la nouvelle trajectoire.

Cette volonté de modification des trajectoires de vols ne date pas d’hier. Depuis 2001, les élus du Val d’Yerres, territoire directement concerné par le survol des avions, demandent la modification des procédures de décollages. Plusieurs projets ont déjà été évoqués mais tous ont été refusés.

Le dernier projet en date du jeudi 16 juin, n’était pas connu par les maires des communes concernées par la nouvelle trajectoire des avions , ni par les associations de défense de l’environnement qui veillent au non transfert des nuisances.

Pour rappel, l’arrêté du 31 août 2012 de la préfecture de la région Île-de-France fixant la composition des membres de la commission consultative de l’environnement (CCE) de l’aérodrome de Paris-Orly a été modifié le 31 mars dernier pour tenir compte du nouveau découpage des agglomérations.

Grand Paris Sud – Seine Essonne Sénart n’a pourtant pas de représentant aujourd’hui, alors même que la CCE devait être appelée à débattre, peu de temps après, d’un projet concernant directement plusieurs communes de notre agglomération.

Les élus d’Etiolles sont mobilisés contre tout projet risquant d’augmenter les nuisances aériennes pour nos administrés et ont envoyé des courriers (à télécharger ci-dessous) pour marquer notre indignation adressés à Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Jean-François Carenco, Préfet de la Région Ile-de-France, et à l’Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires (ACNUSA), qui sera appelée à donner son avis pour une mise en service éventuelle de ces modifications en décembre 2016.

Nous vous informerons des avancées de nos démarches.

Je reste informé(e)

Pour rester informé de toutes les dernières actualités de votre ville, inscrivez-vous à la lettre d'information.

Je m'inscris

Vous avez une question ? Besoin d’un renseignement ? N’hésitez pas à nous contacter.

Accéder au formulaire
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×