Les Magdaléniens

Première occupation du « site » d’Étiolles, c’est au paléolithique, 13000 ans, avant le présent, que des Magdaléniens, descendants directs de l’homme de Cro-Magnon, installèrent leurs campements dans la plaine humide qui flanque la Seine et où le climat était plus doux que sur l’escarpement de la Forêt de Sénart, site actuel du village.

Cette plaine est située au confluent d’un Ru, l’Hauldres, et d’un fleuve, la Seine, 6 à 7 fois plus large qu’aujourd’hui et coupée de nombreux bras dont l’île aux Paveurs est le dernier vestige.

Leurs crues, de 5 à 6 fois par an, découvraient d’abondants gisements de silex d’une qualité et d’une taille exceptionnelles. Certains blocs pesaient jusqu’à quinze kilos. Ce site était providentiel pour les prestigieux tailleurs de pierre qu’étaient nos magdaléniens. Chasseurs-cueilleurs, un gué proche du pont actuel, facilitait le passage des hommes, des hordes de rennes, de chevaux, aurochs, mammouths et assurait leur communication et leur fournissait un gibier abondant.

Par contre, sur les plateaux de Sénart et de Corbeil régnaient alors les conditions climatiques rigoureuses de la troisième phase de la période glaciaire de Würms : paysage de steppes coupé d’îlots, chichement boisés de pins et de bouleaux, comparable à celui de la Sibérie aujourd’hui.

(Texte de Pierre Postel)

Je reste informé(e)

Pour rester informé de toutes les dernières actualités de votre ville, inscrivez-vous à la lettre d'information.

Je m'inscris

Vous avez une question ? Besoin d’un renseignement ? N’hésitez pas à nous contacter.

Accéder au formulaire
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×